Des modules pour les "seniors"

Rédigé par ijahl Aucun commentaire
Classé dans : Souillac vivant ! ? Mots clés : Parc Delmas, flore, faune, biodiversité

Je suis allé faire un tour au Parc Delmas : somptueux ! Il n’y a pas à dire, c’est de la belle ouvrage, félicitations aux menuisiers, jardiniers et autres travailleurs qui manifestement ont parfaitement réalisé ce qui leur a été commandé.  

Question cependant : ce qui a été commandé était-il nécessaire ? Voyons : une pancarte attire immédiatement l’attention portant un court texte intitulé “Vivre son âge autrement” ! Bigre me dis-je, en voilà une idée, pourquoi autrement ? Mais poursuivons notre lecture : 

Parcours ludo-physique sénior composé de modules en bois de robinier qui sollicitent et stimulent les capacités physiques, cognitives et sensorielles. 

Et pour conclure ce conseil éclairé :  Sachez réguler vos efforts et récupérer l’air entre chaque module. 

Passons sur l’euphémique “sénior”, très à la mode qui signifie vieux. Pourquoi tourner autour du pot ? Quand on est vieux on est vieux. J’en sais quelque chose, j’ai 81 ans, inutile d’en rajouter dans l’apitoiement et la condescendance. 

Pour autant on n’est pas nécessairement impotent ni tout à fait débile de sorte que ces “modules en bois de robinier” (il faut tout de même aller les voir) sont tout simplement une ineptie du dernier ridicule. 

La vieillesse est un moment de la vie comme les autres quoique le dernier bien sûr, mais qui peut se vivre allègrement “si on a la santé” comme on dit, et pour cela nul besoin des marchands de “modules” même en “bois de robinier” (à quel prix, s’il vous plait ?). 

Mais il est vrai que “modules en bois de robinier”, ça fait chic. Passons. Monsieur le Maire a beau se féliciter dans son “Souillac mag” en papier glacé (combien cette petite gâterie en quadrichromie s’il vous plait ?) et se dire soucieux de protéger la faune et la flore, il ne parvient pas à nous convaincre de la pertinence de ce “projet référent” comme il dit (toujours les grands mots !). 

En effet combien de beaux arbres ont été abattus sous lesquels il faisait bon se promener si l’on avait envie d’un peu de fraîcheur ? Drôle de façon de se soucier de la flore de la faune et de la biodiversité alors qu’il suffisait de débroussailler un peu les rives de la Borrèze et foutre la paix aux oiseaux qui nichaient dans les grands arbres. 

Vraiment, n’y a-t-il rien de plus nécessaire à réaliser dans la commune que dans ce type de projet qui se veut prestigieux alors qu’il n’est que ridicule ? N’est-ce pas là foutre un peu l’argent public par la fenêtre ?  

Nous avons dans ce blog présenté quelques suggestions de bon sens répondant à la nécessité., Il y en aura d’autres, discutables bien sûr, comme il se doit en démocratie.  

Quant à la prestigieuse exposition Joséphine Baker à 9 euros l’entrée, nous avons dit ce que nous en pensons ici

 Bonnes promenades tout de même à toutes et à tous. 

N. 

Un maire pédagogue

Rédigé par Nestor 1 commentaire

Bonjour tout le monde,

La Dépêche du 11/01/2022 nous informe que le maire Gilles Liébus, Jeannine Aubrun et toute l’équipe municipale (sauf, sans doute les démissionnaires !) s’occupent activement du Parc Delmas et de la Borrèze.  

Le but de cette remarquable “mobilisation” n’est autre que de créer “un lieu de déambulation et de loisirs pour les habitants et les touristes (toujours cette absurde fixation sur le tourisme dévastateur), ce pourquoi se voit sollicité le vocabulaire à prétention scientifique, hydromorphologie, hydrologie, requalification paysagère, etc. Et tout cela pour la modique somme de 800 000 euros. 

Nous avons déjà dit ici combien ce chantier nous semble non seulement inutile mais aberrant. Nous avons déjà dit qu’il y a mieux à faire que “déambuler” à “loisirs” (ce qui peut se faire sans saccager la nature comme le montrent les photos que nous avons publiées (voir ci-dessous) ce que La Dépêche, en toute objectivité, s’est abstenue de faire). 

Mieux à faire que ces “aménagements   vertueux (sic) qui permettront la renaturation (re sic) et la valorisation des berges de la Borrèze”. Mieux à faire que des “opérations de communication et de pédagogie à l’intention des habitants pour leur redonner à voir leur rivière”. 

Sans blague ! lesdits habitants sont-ils aveugles et débiles, incapables de voir le monde sans l’assistance des “pédagogues municipaux ? N’y a-t-il pas là quelque chose de l’ordre du mépris ? 

Dans une commune (comme dans tant d’autres, certes) ou la pauvreté et la précarité est le lot quotidien de tant de citoyen(ne)s, il y a mieux à faire que dilapider ainsi les deniers publics en “déambulations et loisirs”. 

Raison pour laquelle nous maintenons nos propositions pour une politique municipale alternative dont nous espérons que, dans un souci d’objectivité et d’équilibre démocratique, la Dépêche se fera un devoir de rendre compte.

Pour le Collectif :

N.

Gauchiste, libéral et bucolique

Rédigé par Nestor Aucun commentaire

Bonjour tout le monde, 

La nouvelle n'a pas bouleversé la campagne électorale mais tout de même il faut noter que le député du Lot et secrétare général du parti LR  a répondu à l'invitation qui lui avait été faite par le quotidien en ligne Médiapart pour causer un peu, justement de la campagne en question. Ce qui il faut le dire montre à l'évidence que ce jeune homme ne manque pas de courage... ni d'ambition. Il faut dire aussi que pour l'occasion il s'était défait de son uniforme, costume cravate, de fringant politicien pour revêtir les atours (jean, baskets, blouson) du "gauchiste", bien propre sur lui tout de même, ce qui n'est évidemment pas un reproche. Son propos cependant qui se dit "social" a conduit le journaliste qui l'interrogeait à lui poser la question : Gauchiste ou libéral? 

Il en est un qui ne se pose pas la question, c'est notre bon maire qui s'en va, selon la Dépêche, arpentant "un bel espace bucolique à deux pas des quartiers historiques". Bucolique ? Me dis-je avant de conulter mon vieux dictionnaire et de constater que si le Parc Delmas n'avait rien de bucolique avant le massacre qui se poursuit (je ne sache pas que venaient là paître vaches ou moutons), que dire quand il aura été artificialisé, bétonné, "lampadérisé"? Notre bon maire n'aura plus qu'à prendre une retraite bien méritée pour lire au coin du feu les "Bucoliques de Virgile". 

                                                                                        

Parc Delmas : le massacre ou l'art de dilapider les deniers publics

Rédigé par Nestor Aucun commentaire

    

   

   

Inutile de faire de longs commentaires, les photos parlent suffisamment et j'ai pu constater de visu qu'il s'agit ni plus, ni moins que du massacre d'un espace encore quelque peu naturel (combien de magnifiques arbres abattus pour l'instant ?) sous prétexte de « restauration hydromorphologique du cours d'eau » et de valorisation « des milieux aquatiques et du patrimoine hydrologique ».

N'est-ce pas là se moquer du monde, jeter de la poudre aux yeux des citoyen(ne)s en brandissant des termes scientifiques que seuls les spécialistes maîtrisent alors qu'il s'agit tout simplement d'une médiocre opération de petit prestige ? Car, on le voit bien, tout cela est inutile et, s'il vous paît, combien cela coûte-t-il au contribuable ? En outre, il serait approprié que nos « scientifiques » chiffrent l'empreinte carbone, autrement dit nous fassent part de la mesure des émission de gaz à effet de serre générées par cette activité, mesure que soucieux de la santé de leurs concitoyen(ne)s ils n'auront pas manqué d'effectuer. Merci.

 

Mais voici que de retour à Souillac après quelques semaines d'absence je trouve dans ma boîte aux lettres le bulletin municipal, sobrement intitulé SOUILLAC, que je lis très attentivement. Passons sur l'éditorial de Monsieur le Maire non sans noter, toutefois, la révélation de l'énormité du travail fourni par « l'équipe municipale » tout au long de cet « été studieux » pour en venir aux projets.

Notons tout d'abord la phrase introductive et quelque peu sibylline : L'ensemble Abbatiale-Abbaye devient le point de départ de la réponse apportée aux enjeux de centralité du bourg-centre de Souillac exprimés de la manière suivante... Suivent les cinq « enjeux » auxquels nous allons revenir pour peu que nous comprenions préalablement ce que c'est que le point de départ d'une réponse (sic) d'une part et la centralité du bourg-centre (re-sic) d'autre part. Perplexité donc.

Quant aux cinq enjeux ainsi exprimés qui pourraient être revendiqués par n'importe quel élu de France et de Navarre (c'est dire leur originalité et leur pertinence), n'appellent-ils pas immédiatement la question : oui, mais comment ?

Prenons par exemple le premier de ces enjeux : revitaliser l'économie. Notons immédiatement le singulier « l'économie » qui sous-entend qu'il n'existe qu'une manière d'économie possible, celle évidemment prônée au sommet de l'État et caractérisée par la métaphore du ruissellement et celle des « premiers de cordée » auxquelles des malicieux ajoutèrent à l'occasion du covid celle des « premiers de corvée ».

Économie qu'il faudrait donc « revitaliser » ce qui n'est rien d'autre qu'un contresens car ce qui nécessite d'être « revitalisé » c'est évidemment le vie quotidienne des femmes et des hommes qui en ont besoin, les plus pauvres, les chômeurs et précaires et cela par une organisation économique autre, distributive, dont l'objectif essentiel serait la réduction des inégalités scandaleuses générées et entretenues par « l'économie de l'offre » qui, produisant du superflu, creuse les inégalités et participe amplement au saccage de la planète.

Passons également sur le « dynamiser le tourisme » sinon pour constater que certains, dont Monsieur le Maire, n'ont toujours pas compris que le bon vieux tourisme d'antan, le tourisme de masse, a fait son temps et que l'impératif premier de toute démarche d'investissement doit être désormais la réduction de la production des gaz à effet de serre et donc la réduction autant que faire se peut de l'empreinte carbone.

N.

Fil RSS des articles de ce mot clé