Bonne année !

Rédigé par Nestor Aucun commentaire
Salut à toutes et à tous,


Nous venons de prendre connaissance du splendide « Souillac Le Mag » (au fait, est-ce 21 ou 22 ? Au fait, combien nous coûte ce superbe outil de « communication » ?) et reçu avec plaisir les vœux de monsieur le Maire à la population, vœux que nous adressons à notre tour à tous les élus.


Ceci dit nous n’entrerons pas ici dans le détail de cet exercice d’autosatisfaction, d’auto-congratulation et de « communication » politique. Nous savons bien que Monsieur le Maire ne fait pas de politique (ce sont les autres qui font de la politique !) mais tout de même, comment ne pas remarquer sa réjouissance à l’évocation du « rebond économique national » car devinez qui est l’artisan de ce miracle économique ?
La réponse est donnée par les premiers mots du premier chapitre du libelle (p. 4) : le président de la République, bien sûr, sans oublier « la relance économique menée par l’État » mais en oubliant de signaler que le rebond économique n’est pas un phénomène national mais mondial comme conséquence inattendue de la pandémie. Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet mais ce n’est pas le lieu ici pour le moment.


Nous avons noté dans cette même rubrique tout le mal que nous pensons des « projets » tels que le « parc Delmas » et l’Abbaye . Nous les réitérons en ce début d’année ainsi que nos propositions alternatives. 

Il y a, en effet quelque ironie à intituler un chapitre « développement durable » pour des élus qui, sous prétexte de « revitalisation » (Oh, les jolies plantes vertes rue de la Halle !) n’ont jamais eu d’autre intention que cette mégalomanie qui ne prend évidemment pas en compte une quelconque durabilité.


Soit dit en passant il serait souhaitable que nos représentants (et non pas dirigeants, n’est-ce pas ?) prennent conscience que la notion même de durabilité est maintenant dépassée (comme le montre le philosophe et sociologue Bruno Latour dont nous conseillons vivement la lecture à nos élus si ce n’est déjà fait) et contestée par la notion bien plus efficiente de « sobriété  économique» qui n’interdit pas le « développement » mais le maîtrise pour le mieux-être de la planète (et qui n’a rien à voir avec on ne sait quelle privation de confit aux pommes de terre sarladaises...).


Quant à nous, Collectif Citoyen de Souillac et Association de défense du quartier Aubugues-Timbergues de Souillac, nous ne pouvons que regretter le laconisme de l’Opposition municipale et, pour ainsi dire, son aveu d’impuissance exprimé par ces mots : « nous avons proposé tout cela en vain » ! Car il n’y a pas à s’en offusquer à moins de naïveté infantile. C’est le lot de toute minorité que d’être ignorée par la majorité au pouvoir.


Cependant nos amis de la minorité municipale devraient comprendre que l’opposition ne se manifeste pas seulement de temps en temps lors des Conseils municipaux mais aussi et peut-être surtout pratiquement, « sur le terrain » comme on dit, et comme l’ont montré les membres de l’Association Viaduc au cours de la mobilisation contre le projet de « Cité de la mode » tandis que Hervé Cheylat souhaitait que l’on n’en parlât point.


Quoi qu’il en soit nous ne manquerons pas, quant à nous, de dénoncer et de nous opposer à « la folie des grandeurs » dont, soit dit en passant, on aimerait bien que nos experts municipaux en durabilité prennent la peine de calculer l’empreinte carbone générée par chaque « projet » et en face part à la population. Nous comptons sur eux.


Ceci dit : Bonne et heureuse année à toutes et à tous ! 

Le printemps arrive…


Portez-vous bien !


Pour le Collectif Citoyen de Souillac ;


Pour l'association de défense du quartier Aubugues-Timbergues de Souillac :

Philippe CUBAYNES, Secrétaire Général ;

Valérie DE OLIVEIRA, Co-Présidente ;

Magaly QUATRE-SOLS, Trésorière ;

Nestor ROMERO, Adhérent et membre actif ;

Élodie ROUZIÈS, Présidente.

Un maire pédagogue

Rédigé par Nestor 1 commentaire

Bonjour tout le monde,

La Dépêche du 11/01/2022 nous informe que le maire Gilles Liébus, Jeannine Aubrun et toute l’équipe municipale (sauf, sans doute les démissionnaires !) s’occupent activement du Parc Delmas et de la Borrèze.  

Le but de cette remarquable “mobilisation” n’est autre que de créer “un lieu de déambulation et de loisirs pour les habitants et les touristes (toujours cette absurde fixation sur le tourisme dévastateur), ce pourquoi se voit sollicité le vocabulaire à prétention scientifique, hydromorphologie, hydrologie, requalification paysagère, etc. Et tout cela pour la modique somme de 800 000 euros. 

Nous avons déjà dit ici combien ce chantier nous semble non seulement inutile mais aberrant. Nous avons déjà dit qu’il y a mieux à faire que “déambuler” à “loisirs” (ce qui peut se faire sans saccager la nature comme le montrent les photos que nous avons publiées (voir ci-dessous) ce que La Dépêche, en toute objectivité, s’est abstenue de faire). 

Mieux à faire que ces “aménagements   vertueux (sic) qui permettront la renaturation (re sic) et la valorisation des berges de la Borrèze”. Mieux à faire que des “opérations de communication et de pédagogie à l’intention des habitants pour leur redonner à voir leur rivière”. 

Sans blague ! lesdits habitants sont-ils aveugles et débiles, incapables de voir le monde sans l’assistance des “pédagogues municipaux ? N’y a-t-il pas là quelque chose de l’ordre du mépris ? 

Dans une commune (comme dans tant d’autres, certes) ou la pauvreté et la précarité est le lot quotidien de tant de citoyen(ne)s, il y a mieux à faire que dilapider ainsi les deniers publics en “déambulations et loisirs”. 

Raison pour laquelle nous maintenons nos propositions pour une politique municipale alternative dont nous espérons que, dans un souci d’objectivité et d’équilibre démocratique, la Dépêche se fera un devoir de rendre compte.

Pour le Collectif :

N.

Bonne année 2022 !

Rédigé par Elodie 2 commentaires

En cette fin d’une année que l’on peut qualifier de tragique si l’on songe au nombre de morts dans le monde (plus de cinq millions) il est bien difficile, même par ces jours de fêtes, de ne pas s’interroger quant à ce que nous réserve l’année qui vient.

Essayons d’être un tant soit peu optimistes. Gageons que cette pandémie nous aura fait comprendre que nous, les humains, ne pouvons pas nous conduire comme des prédateurs d’une Nature qui nous serait extérieure et que nous aurions pour mission de dominer mais que nous sommes partie intégrante de la Nature et que la maltraitant c’est nous-mêmes que nous maltraitons.

Raison pour laquelle, à Souillac comme ailleurs, nous ne devons plus rêver à des projets mirobolants et souvent infantiles qui sont une offense à la raison et une offense à la Terre, cette terre que Bruno Latour nomme avec une majuscule parce qu'elle n’est pas seulement une surface à exploiter mais un système vivant dont dépend notre propre vie et celle de nos enfants présents et à venir.

Raison pour laquelle nous, Collectif Citoyen de Souillac et Association de défense du quartier Aubugues-Timbergues de Souillac, réaffirmons en ce début de nouvelle année nos propositions pour une action alternative à la grandiloquence infantile et destructrice prônée par la municipalité actuelle, propositions que l’on retrouvera en suivant le lien, ci-dessous.

https://collectif-souillac.fr/index.php?article43/propositions-de-projets-pour-souillac

Bonne année à toutes et à tous !

Prenez soin de vous !

 

Pour le Collectif Citoyen de Souillac ;

Pour l'association de défense du quartier Aubugues-Timbergues de Souillac :

Philippe CUBAYNES, Secrétaire Général ;

Valérie DE OLIVEIRA, Co-Présidente ;

Magaly QUATRE-SOLS, Trésorière ;

Nestor ROMERO, Adhérent et membre actif ;

Élodie ROUZIÈS, Présidente.

 

Gauchiste, libéral et bucolique

Rédigé par Nestor Aucun commentaire

Bonjour tout le monde, 

La nouvelle n'a pas bouleversé la campagne électorale mais tout de même il faut noter que le député du Lot et secrétare général du parti LR  a répondu à l'invitation qui lui avait été faite par le quotidien en ligne Médiapart pour causer un peu, justement de la campagne en question. Ce qui il faut le dire montre à l'évidence que ce jeune homme ne manque pas de courage... ni d'ambition. Il faut dire aussi que pour l'occasion il s'était défait de son uniforme, costume cravate, de fringant politicien pour revêtir les atours (jean, baskets, blouson) du "gauchiste", bien propre sur lui tout de même, ce qui n'est évidemment pas un reproche. Son propos cependant qui se dit "social" a conduit le journaliste qui l'interrogeait à lui poser la question : Gauchiste ou libéral? 

Il en est un qui ne se pose pas la question, c'est notre bon maire qui s'en va, selon la Dépêche, arpentant "un bel espace bucolique à deux pas des quartiers historiques". Bucolique ? Me dis-je avant de conulter mon vieux dictionnaire et de constater que si le Parc Delmas n'avait rien de bucolique avant le massacre qui se poursuit (je ne sache pas que venaient là paître vaches ou moutons), que dire quand il aura été artificialisé, bétonné, "lampadérisé"? Notre bon maire n'aura plus qu'à prendre une retraite bien méritée pour lire au coin du feu les "Bucoliques de Virgile". 

                                                                                        

À propos de Nancy Cunard

Rédigé par Nestor 4 commentaires
Classé dans : Souillac vivant ! ? Mots clés : Nancy Cunard, surréalisme, projets

 

Bonjour tout le monde,

Je voudrais remercier Geneviève Bouyjou pour son travail de mise en lumière de cette éternelle révoltée que fut Nancy Cunard : féministe, antifasciste,  libertaire et, paraît-il "confidente" de Pierre Betz. Et profiter de cette occasion pour rappeler la pertinence du projet de "Centre culturel" ancré sur le thème du surréalisme proposé par  le "Collectif citoyen de Souillac" que l'on trouvera ici https://collectif-souillac.fr/index.php?article43/propositions-de-projets-pour-souillac.


Par ailleurs on trouvera sur l'excellent site de nos amis de Gignac (www.gignac-ensemble.fr), comme d'habitude d'intéressantes informations. En particulier la présentation du superbe film "Les mains dans la terre" que l'on pourra voir le 19 novembre 2021 à 20h30 au cinéma "Le Paris" à Souillac et qui montre qu'il y a mieux à faire que de couper des arbres centenaires au bord de la Borrèze.

Fil RSS des articles de cette catégorie