SUITE À LA BÉRÉZINA DU PROJET DE LA CITÉ DE LA MODE ET DES ARTS CRÉATIFS...

Rédigé par ijahl Aucun commentaire
Classé dans : Débats Mots clés : Cité de la mode, mensonges, démocratie, CAUVALDOR

Michel RAFFANEL vient de nous envoyer le texte suivant :

Je pose la question afin de voir un peu plus clair sur ce projet et du coup, voir les manipulations qui ont conduit à 3 ans d’errance et de douleurs pour les habitants menacés par ledit projet.

 

Les mensonges et les non-dits

 

Tout a été fait en catimini, aucune information de la municipalité, j’interpelle M. SANFOURCHE, maire à ce moment-là, afin de connaître un tant soit peu le pourquoi du projet ainsi que pour savoir s’il avait des explications. Dans la salle, la moitié des participants m’a hué ; pourtant je ne faisais que poser une question. Pas de réponse bien sûr de la part du maire.

 

Dans les nombreux mensonges :

Je pose la question à M. SANFOURCHE concernant le terrain rue de Timbergues à Souillac, appartenant à la commune (là où la municipalité à fait couper les noyers pour faire un troc avec une société qui a coupé des peupliers sur le bord de la Dordogne, sans TVA).

« M. SANFOURCHE que va advenir ledit terrain ? » Réponse : nous allons en faire un terrain de boules, 4 000 m², nous allons pouvoir organiser les championnats du monde (à en mourir de rire ! ).

Dans la rue de Timbergues, je rencontre une adjointe au maire, je lui pose la question : « C’est quoi ce projet ? » Réponse : Je ne vous répondrai pas ! Je lui réponds donc : « Merci, vive la Démocratie ! ».

 

Annonce démagogique 1 000 emplois, 300 voitures par jour et « mon œil »

 

Tout se dévoile, le canard hebdomadaire du Quercy imprime une 1ère page en couleur « Projet Pharaonique », tout va bien ! Seulement la vérité est tout autre. En premier, M. LIEBUS fait voter une DUP (dessinée de façon curieuse en fonction de qui habite, qui est propriétaire), bien sûr cette DUP ne sera jamais déposée sans qu’aucun élu ne demande pourquoi. Donc panique, les gens négocient, les élus font pression et malheureusement certains cèdent, ils vendent, ils échangent. Nous ne connaissons toujours pas le prix de ces achats, ni le prix des achats des terrains.

M. LIEBUS et consorts obtiennent un prêt de la part de l’EPF (Établissement Public Foncier) d’Occitanie (organisme public) sans avoir eu un réel engagement d’un quelconque investisseur. Crédule où bête, une partie des souillagais sont satisfaits du projet qui devrait voir le jour (tout comme la réalisation d’un hôtel à l’Abbaye, soi-disant contresigné par M. MACRON), on n’arrête pas la connerie.

En fait après la disparition de M. LIEBUS de la présidence de CAUVALDOR, on s’aperçoit que le dossier « La cité de la mode et des arts créatifs » était vide. La seule pièce présente c’est que ledit personnage aurait signé un accord mais avec qui ? en qualité de vice-président de l’officine CAUVALDOR EXPANSION, sous la tutelle de M. LALLEMAND de triste réputation (passé par la Vienne et un déficit jamais comblé).

Cet office créé de toute pièce par M. LIEBUS avec l’approbation de beaucoup d’élus de CAUVALDOR a réalisé l’échec du projet ubuesque de la mode et du luxe à Souillac, de l’échec du projet au lac de Tolerme qui appartient en très grande partie au département du Cantal, au projet de remise en état d’un terrain situé à Viroulou dans les environs de Gramat, terrain qui n’appartenait pas à Cauvaldor mais au ministère des armées, culotté ou tromperie ??

Il faut supprimer cette officine, il faut savoir combien cela a coûté, connaître le salaire de M. LALLEMAND et les arrangements suite à son départ. Vérifier que M. LIEBUS n’a pas touché d’indemnité en qualité de vice-président de ladite officine (cela serait un comble ! ), connaître les dépenses de bouche, de déplacements… de cette équipe. Il est vrai que ce cumulard touchait des indemnités de maire, de président de Cauvaldor, de vice-président du département. D’ailleurs, il confirme son amour pour le pognon, dès le premier conseil municipal de Souillac il fait voter une augmentation de ses indemnités.

Enfin le voile se lève :

- Il est viré de la présidence de Cauvaldor,

- Il est viré de la vice-présidence du département du LOT.

Néanmoins, il continue à sortir des imbécilités. Je cite : le département cela ne sert à rien, juste à faire du social. 2ème déclaration : on consomme beaucoup trop (lui certainement, oui) mais les demandeurs d’emplois, les personnes percevant le RSA et les 10 millions de pauvres dans notre pays, eux ne consomment pas assez. D’ailleurs pour lutter contre le consumérisme, il n’a rien fait de mieux que de vouloir créer de la mode, du luxe avec des matières premières provenant de plusieurs milliers de kilomètres, augmentant ainsi le déficit de la balance des échanges et la pollution due au transport.

M. LIEBUS annonce qu'il va continuer pour faire aboutir ce projet de fou qui ne correspond pas aux besoins du territoire, ce qu’il faut c’est fabriquer ou industrialiser notre pays en fonction des citoyens avec une production attachée le plus possible à l’écologie. Pour le Nord-Ouest du département, il nous faut trouver des solutions : création d’emplois, augmentation des salaires, développement des services publics.

Le « tout tourisme » s’est avéré une erreur en plusieurs décennies nos communes se sont appauvries, une démocratie décroissante, taux de change de 20 %, salaires les plus bas du département et de France.

Pour ma part, j’avais fait une proposition auprès de M. SANFOURCHE pour participer à une rencontre avec des industriels Toulousains pour connaître les besoins en sous-traitance, création d’une filière bois.

J’ai réalisé des propositions avant la Covid-19 : créer un laboratoire pharmaceutique concernant les médicaments des maladies orphelines, de certains cancers (on manque de tout). Pour ce faire, créer une société mixte, état, région et société pharmaceutique. Pour notre part, nous donnions le terrain nécessaire afin d’obtenir la mise en pratique de ce projet avec l’appui des pouvoirs publics et le laboratoire privé. Oui, je préfère que l’on soigne, que l’on sauve des vies que de faire de l’argent. Voir comment on peut négocier le prix pour ces projets avec l’EPF. Revendre les maisons laissées à l’abandon dans le quartier Aubugues/Timbergues de Souillac où les louer.

De toutes manières, il faudra rembourser même si beaucoup n’ont pas compris et ont fait et continué de faire confiance à ce triste sire qui continue sa politique à l’échelon municipal.

Je tiens à saluer le courage de tous ceux qui ont participé à défaire ce projet. Courageuse, la minorité porte souvent la vérité, voir l’histoire de 1938 avec les accords de Daladier et Hitler, la majorité des français crie : la paix est sauvée, la majorité chante Maréchal nous voilà. De même sur le pouvoir personnel et sa constitution, 80 % des français a voté pour : de ce fait toutes les lois antisociales passent par décret.

Vive la démocratie, ouvrons l’œil. M. le président de Cauvaldor faites une demande d’enquête administrative.

 

Michel RAFFANEL

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot dpnf4ql ?

Fil RSS des commentaires de cet article